Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Το Όρος Άθωνας "Άγιο Όρος", Le Mont Athos "La Sainte Montagne"

Le Mont Athos - Source photo : http://orthodoxologie.blogspot.fr/

Le Mont Athos - Source photo : http://orthodoxologie.blogspot.fr/

Infos pratiques pour aller visiter le Mont Athos

Sur une presqu'île de 45 km de long, en Chalcidique, au nord de la Grèce, se dresse le Mont Athos. Là, depuis plus de 1 000 ans, des centaines de moines retirés du monde mènent une vie austère, rythmée par le son de la Simandre, une large plaque de bois que l'on frappe d'un maillet pour appeler aux offices. Seuls y vivent des hommes : depuis sa fondation, au Moyen Age, son accès est rigoureusement interdit aux femmes. Véritable État, dans l'État, la république théocratique d'Athos est administrée par une communauté où siègent les représentants des vingt couvents de la Sainte Montagne. Le plus ancien d'entre eux est le monastère de la Grande Laure (en grec, "lavra").

La Grande Laure premier des monastères.

La première communauté est fondée en 963 par saint Athanase de Trébizonde, aidé financièrement par l'empereur byzantin Nicéphore Phokas. Le saint rédige le premier "typikon", qui régit l'organisation de la vie monastique. La Grande Laure devient le plus grand monastère d'Athos, le cœur de la Sainte Montagne. Il ressemble à un gros bourg fortifié avec ses ruelles et ses places, dominant un petit port naturel. L'église principale est en croix grecque, c'est-à-dire à quatre branches égales tenant dans un plan carré - et le réfectoire abrite des fresques exécutées par des artistes crétois du XVIe siècle.

Des lieux réservés aux hommes.

Au cours du Xe siècle et des siècle suivants, la fondation de monastères se multiplie. En 1 045, une chrysobulle (un décret) de l'empereur Constantin Monomaque interdit définitivement l'accès du mont Athos "à toute femme, à toute femelle, à tout enfant, à tout eunuque, à tout visage lisse". Cette interdiction s'étend également à tous les animaux femelles, qui n'ont aucun droit de cité sur ce promontoire rocheux.

Un moine travaille dans les jardins du monastère de Simonos Petra. Ce monastère créé au XIVe s. par un ermite du nom de Simon est construit sur un rocher à plus de 200m d'altitude.

Un moine travaille dans les jardins du monastère de Simonos Petra. Ce monastère créé au XIVe s. par un ermite du nom de Simon est construit sur un rocher à plus de 200m d'altitude.

La Grèce byzantine aux XIe et XIIe siècles.

A cette époque, la Grèce retrouve une relative prospérité : elle fait partie de l'Empire byzantin, qui a pour capitale Constantinople et dont les frontières s'étendent de la Bulgarie, à l'ouest, à la Mésopotamie, à l'est. Mais cet Empire est fragile et souvent menacé. De 1001 à 1014, cependant, les campagnes menées par l'empereur Basile II lui assurent une victoire définitive contre les Bulgares. Les villes grecques connaissent une grande expansion, notamment sur le plan commercial. A Thessalonique se tient déjà une foire importante, qui attire des marchands venus de tout l'Empire.

A partir de 1081, la dynastie des empereurs Comnènes favorise la construction de monastères à travers toute la Grèce. Les églises adoptent un plan en croix grecque, surmonté d'une coupole et prolongé par une abside à l'est. A l'intérieur, la décoration est particulièrement soignée : marbre pour les murs et les colonnes, mosaïques sur la coupole, les voûtes et les absides.

Dominant la baie, le monastère de Vatopédi est en réalité un bourg fortifié, fondé à la fin du Xe s. L'église conserve des trésors d'orfèvrerie, comme la coupe de Michel Paléologue.

Dominant la baie, le monastère de Vatopédi est en réalité un bourg fortifié, fondé à la fin du Xe s. L'église conserve des trésors d'orfèvrerie, comme la coupe de Michel Paléologue.

La vie des moines au mont Athos.

Sur le mont Athos, les monastères sont aux nombre de vingt, reliés entre eux par des sentiers escarpés. On y distingue trois types de vie monacale. Les cénobites vivent en communauté, au rythme du soleil : le cycle commence, peu après minuit, par la prière, suivie, vers une heure, de l'office nocturne, et prolongée par les matines et la lecture des heures qui s'achèvent à l'aube. Après une maigre collation, chacun se retire pour prendre un peu de repos. L'après-midi est consacré aux vêpres puis au dîner, suivi d'un temps de détente, avant les complies, au coucher du soleil. Enfin, le moine rejoint en silence sa cellule pour lire écrire et prier.

Dans les monastères "idiorythmiques" : chacun vit "à son propre rythme les moines organisent leurs activités librement et prennent leurs repas chez eux. Ils ne sont astreints qu'à l'office du soir et doivent simplement respecter les jours de jeûne.
Enfin le troisième type de vie monacale, aujourd'hui le plus rare, est la vie en ermitage. L'ermite a réduit ses besoins au plus strict nécessaire, juste pour se maintenir en vie. Il habite seul dans une cellule parfois inaccessible, retiré du monde pour consacrer tout son temps à la prière.

Entre occupations matérielles et spirituelles, les moines d'Athos ne restent pas inactifs. Les uns fabriquent le pain bénit, les autres pratiquent la peinture sur icônes.

Entre occupations matérielles et spirituelles, les moines d'Athos ne restent pas inactifs. Les uns fabriquent le pain bénit, les autres pratiquent la peinture sur icônes.

Το Όρος Άθωνας "Άγιο Όρος", Le Mont Athos "La Sainte Montagne"
L'écrivain journaliste français Christophe Ono-Dit-Biot en a un écrit un roman, aux Éditions Plon, paru aussi en poche chez pocket (2008).

« Imaginez que l'ex-femme de votre vie vous demande de retrouver votre ex-meilleur ami. Que celui-ci se cache dans une presqu'île de la mer Égée, interdite aux femmes depuis le XIe siècle, et peuplée uniquement de moines barbus qui se prennent pour des anges. Imaginez que vous acceptiez et que vous découvriez ce dernier paradis terrestre. Que ce paradis se transforme peu à peu en enfer. Imaginez que vos deux meilleurs amis décident de renoncer à leurs vacances érotiques à Ibiza pour vous retrouver là-bas, et qu'ils tombent entre les mains de fous de Dieu parce qu'ils en ont trop vu. « Vous faites quoi, vous ? »

Voir les commentaires

Αλόγων Σκύρου Ελλάδα, cheval de Skyros en Grèce

L'île grecque de Skyros en mer Égée abrite une espèce unique de cheval, Nikos Kritikos vit sur cette île il est responsable de la préservation des ses chevaux.
« Sentinelles de la nature » invite à découvrir à travers le monde des sites protégés, remarquables par leurs richesses naturelles et par les interventions humaines mises en place pour les sauvegarder. Wikipédia - Βικιπαίδεια

Union Mikrosomis race de cheval de Skyros
Ένωση Mικρόσωμης Φυλής Αλόγων Σκύρου

Voir les commentaires

Η Αφροδίτη της Μήλου, la Vénus de Milo

La Vénus de Milo est une célèbre sculpture grecque de l'époque hellénistique (IVe-Ier siècle av. J.-C.) représentant la déesse Aphrodite (Vénus pour les Romains), actuellement conservée au musée du Louvre.

Le buste de la statue est mis au jour en avril 1820 à Milo, une île de la mer Égée, par un paysan nommé Yorgos Kentrotas à la recherche de pierres pour bâtir un mur autour de son champ. Wikipédia - Βικιπαίδεια

Voir les commentaires

Σημαία της Ελλάδας, drapeau de la Grèce

Le drapeau qui domine l'Acropole

Le drapeau qui domine l'Acropole

Le drapeau de la Grèce apparaît pour la première fois en 1807.
L'higoumène (supérieur ou abbé) du monastère Evanguelistria, à Skiathos, fait alors prêter serment au général Théodoros Kolokotronis (1770-1843), sur ce drapeau. En 1822, le drapeau est décrété drapeau national à Épidaure. Il est adopté en 1833 par Otton de Bavière lors de la création du royaume de Grèce, après la victoire sur l'occupant turc.

La croix symbolise la foi chrétienne et la victoire sur l'occupant. Elle rappelle en effet la croix que l'empereur Constantin 1°, selon la tradition, vit dans le ciel de Rome la veille de la bataille du pont Milvius, le 28 octobre 312. "Par ce signe, tu vaincras" lui aurait signifié sa vision.
L'épisode marque symboliquement l'origine de la période byzantine de l'histoire de l'Empire romain.

Les neuf bandes horizontales sont le rappel des neuf syllabes qui constituent la devise grecque Ελευθερία ή θάνατος (Elefthería í Thánatos), soit «la liberté ou la mort», reprise du slogan pour la lutte pour l'indépendance de 1821. Elles évoquent également les vagues de la mer. Les bandes blanches, elles, rappellent les fustanelles blanches des combattants.

Le drapeau actuel n'a plus été utilisé pendant le régime des Colonels. Il est repris en décembre 1978. Wikipédia - Βικιπαίδεια

Voir les commentaires

Στράτος Διονυσίου : Ένα λεπτό περιπτερά

Stratos Dionysiou était un chanteur "Laïka" dans les années 1960, 1970 et 1980.

Ένα λεπτό περιπτερά : Une minute kiosque

Εγώ χωρίζω και χαλάει η ζωή μου
Εγώ χωρίζω κι η καρδιά μου καίγεται
κι εσύ χτυπάς το τζάμι απέναντί μου
και μου φωνάζεις, συντομεύετε

Ένα λεπτό περιπτερά, βουλιάζει στα βαθιά νερά
το τελευταίο μου το πλοί-ο
Ένα λεπτό περιπτερά, ένας αϊτός χωρίς φτερά
απόψε λέει αντίο

Εγώ χωρίζω κι η ζωή μου τελειώνει
Εγώ χωρίζω, κι ο καημός δεν λέγεται
Ό,τι αγαπώ απόψε με σκοτώνει
κι εσύ φωνάζεις, συντομεύετε

Ένα λεπτό περιπτερά...

Voir les commentaires

Μετέωρα μοναστήρια, les monastères des Météores

Les monastères des Météores sont situés au nord de la Grèce, en bordure de la plaine de Thessalie, à proximité de la ville de Kalambaka (Καλαμπάκα).
Bâtis sur des pitons rocheux de grès, véritables sculptures de pierres immobiles qui semblent vouloir se rapprocher du ciel, les monastères des Météores défient les lois de l'équilibre depuis des siècles. Situé au nord de la Grèce continentale, dominant le petit village de Kalambaka, ce paysage est l'un des impressionnant du pays. C' est animés avec une foi invincible que les moines construisirent ces retraites, à partir du XIVe siècle. On y accédait par des échelles articulées ou par des nacelles commandées par des treuils, et les provisions étaient hissées dans des paniers à l'aide de cordages. Vers 1920, des marches ont été taillées dans le roc. Il faut en gravir entre 150 et 200 pour parvenir aux six derniers monastères encore debout : Varlaam, Haghias Trias, Rossanou, Grand Météore, Haghios Stephanos et Haghios Nikolaos Anapausas.

Voir d'autres photos de Météores Monastères
Vue de la ville de Kalambaka. Source photo : www.gandmclub.com

Vue de la ville de Kalambaka. Source photo : www.gandmclub.com

Voir les commentaires

Σάμος και η σήραγγα του Ευπαλίνου, Samos et le tunnel d'Eupalinos

Eupalinos est un ingénieur de la Grèce antique, célèbre pour la construction du tunnel de Samos au VIe siècle av. J.-C.

Le tunnel, vraisemblablement achevé entre 550 et 530 avant J.-C., est le deuxième tunnel connu au cours de l'histoire à avoir été creusé simultanément à partir de ses deux extrémités, et le premier ayant été réalisé ainsi de manière méthodique, et non "au hasard". S'agissant également du plus long tunnel en son temps, le tunnel d'Eupalinos est considéré comme un des exploits de l'ingénierie antique. Wikipédia

Voir les commentaires

Πρεσβεία της Γαλλίας στην Ελλάδα, Ambassade de France en Grèce

Consulat général de France à Thessalonique
Services consulaires de la Grèce du Nord
Nouveau numéro d’appel pour les touristes

Plus d'infos

Merci Christophe Arnautou pour l'info

Merci Christophe Arnautou pour l'info

Voir les commentaires

Η Ελιά, l'olivier

L'olivier, qui s’adapte particulièrement bien sur les sols arides du pays, est cultivé depuis plus de 3 000 ans. L'huile d'olive grecque s'exporte dans tout le bassin méditerranéen.

Η Ελιά, l'olivier
Η Ελιά, l'olivier

Voir les commentaires

7000 expressions, locutions, proverbes du grec moderne

7000 expressions, locutions, proverbes du grec moderne

Auteurs : Georges Brillouët, Anna Kokkinidou-Maxime, Jean Lallot
Editeur : Rue d'Ulm
Date de parution : octobre
2008

Présentation de l'éditeur :
Cet ouvrage recense environ 7000 expressions, locutions et proverbes utilisés en grec moderne dans le langage parlé et que les dictionnaires courants - qu'ils soient unilingues ou bilingues - ne contiennent souvent pas. Pour chaque expression grecque sont indiqués : un équivalent français (s'il existe) ; des commentaires, si nécessaire, comprenant la traduction littérale (si elle est possible), le sens à donner à l'expression grecque (s'il n'est pas apparent) et les contextes d'usage de l'expression.

Quelque 2000 expressions françaises, avec renvoi aux expressions grecques qu'elles traduisent, sont rassemblées en fin de volume, ce qui rend ce lexique également précieux pour les hellénophones. "Le "Brillouët-Kokkinidou" a désormais une place de choix dans la bibliothèque du néohelléniste français.
II ne faudra pas se contenter de le consulter à l'occasion, mais bien en faire progressivement une lecture systématique afin d'affiner sa connaissance d'une langue que l'on n'a jamais fini d'apprendre. " Henri Tonnet, Professeur de grec moderne à l'université de Paris-Sorbonne.

Biographie de l'auteur :
Georges Brillouët est ancien élève de l'École normale supérieure
et professeur honoraire d'analyse numérique à la faculté des sciences de l'université de Nantes, dont il a été le doyen de 1962 à 1968.
Anna Kokkinidou-Maxime est grecque et présidente de VAHELA (Association des Grecs de la Loire-Atlantique). Après des études secondais à Athènes, elle a poursuivi des études supérieures en France et est titulaire d'une maîtrise de lettres modernes. Traductrice, elle enseigne le grec moderne dans le cadre de l'Université permanente de Nantes.
Jean Lallot est ancien élève de l'École normale supérieure où il a enseigné la linguistique grecque pendant plus de trente ans. Agrégé de grammaire, docteur en linguistique, il est spécialiste de la grammaire grecque antique et grand amateur de grec moderne.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>